[Critique] Inferno : l’Enfer, c’est ici

1
Share Button

Inferno, le troisième volet des aventures de Robert Langdon, est un film parfaitement représentatif de l’Enfer : c’est douloureux à regarder et cela anéantit le cerveau humain en quelques minutes –  on n’est pas chez Dante, mais presque !

Le long-métrage de Ron Howard a autant de bon sens qu’un discours sur les femmes par Donald Trump… Tout n’est qu’incohérence sur incohérence, on passe d’un Deus Ex Machina à un autre. Les personnages se comportent comme des IA scriptés avec les pieds et il n’en ressort qu’une dérangeante sensation de factice. De plus, le récit ne prend jamais la peine de s’arrêter un instant pour créer de l’intensité comme s’il avait l’impératif de finir le plus rapidement possible. Encore un énième exemple de la confusion des studios hollywoodiens entre rythme de la narration et montage épileptique.

Et les problèmes sont présents à tous les niveaux. Inferno est un incroyable gâchis créatif : Ron Howard a oublié comment faire un film (et pourtant il savait !), Hans « tam tam tam » Zimmer a livré une partition de trois notes et enfin le casting cinq étoiles s’est retrouvé totalement noyé dans ce capharnaüm. Serait-ce l’Enfer cinématographique ?

Inferno sort le 9 novembre 2016.

(Visited 335 times, 6 visits today)

Avis

0 Châtiment "made in Hollywood"
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Un commentaire

  1. ceremolia le à

    J’adore cette critique
    Surtout « le montage epileptique  » vraiment très parlant ^^

Réagissez !