[Critique] Comancheria, la fratrie sauvage

0
Share Button

Nous avions découvert Comancheria à Cannes dans la sélection Un certain regard et on avait été sacrément impressionné par le long-métrage de David Mackenzie.

Dans l’Amérique rurale, deux frères (Chris Pine et Ben Foster au meilleur de leur forme) décident de braquer des petites banques pour rembourser une dette familiale. Un vieux Texas Ranger (non, ce n’est pas Chuck Norris) interprété par l’inimitable Jeff « The Dude » Bridges leur court après entre deux répliques cinglantes. Il y a un joli équilibre entre le divertissement pur et dur et le propos sous-jacent sérieux qui hante le récit.

Si Comancheria fascine autant, c’est par son portrait d’une Amérique en pleine mutation. On retrouve l’influence de Sam Peckinpah, le cinéaste de la Horde sauvage, dans cette manière de décrire un monde en pleine dégénérescence. Ce n’est pas les colons qui assassinent les indiens, mais les banques qui entrainent dans la pauvreté les habitants de la campagne américaine contemporaine. Passionnant !

Comancheria sort le 07 septembre 2016 en salles après avoir été présenté dans la catégorie Un certain regard au Festival de Cannes 2016.

(Visited 113 times, 3 visits today)

Avis

8 L'héritage Peckinpah
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !