[Critique] Grave (surtout si vous êtes en kiffe dessus)

0
Share Button

Grande gagnante du FEFFS 2016, Julia Ducournau est une réalisatrice on ne peut plus contemporaine. En vraie femme de son époque, elle fait sa petite révolution en nous offrant Grave, un film à l’esthétisme léché avec des scènes bien hardcore.

Cinéma de look 2016. Eh bien, cela oscille entre la crudité de Jean-Jacques Beineix et la vacuité de Lisa Azuelos. Le comportement déviant de notre jeune héroïne, figure de Justine ou les Malheurs de la vertu, est volontairement traité sur un ton léger et comique. Flirtant souvent avec le ridicule, le film parvient à se canaliser grâce à sa mise en scène réfléchie. Grave se poserait comme la version Sexy Sushi de Respire de Mélanie Laurent.

Des jeunes prometteurs. On félicite Julia Ducournau pour son casting de jeunes acteurs, excellemment dirigés et exploités, qui apporte un peu de « sang frais » dans le paysage du cinéma français. À voir une fois pour le fun, même si le public adulte est susceptible de lui préférer un film plus subtil et surtout…à point.

Grave sortira dans les salles le 15 mars 2017

Retrouvez Grave et nos critiques du Festival européen du film fantastique de Strasbourg 2016

(Visited 86 times, 4 visits today)

Avis

6 Ouais... grave
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !