[Critique] Un Français : un réalisme « frappant » pour Diastème

0
Share Button

Les années 80 en France, skinheads, blousons bombers, et scènes de ratonnades : Marco interprété par Alban Lenoir (Hero Corp) n’aime pas les noirs, arabes et autres homosexuels (une peur de la différence?). La réalité des courants néo-nazies en France est décrite dans Un Français de Diastème d’une manière très réaliste.

Tout de suite le film se pose plus comme une réflexion identitaire qu’une oeuvre émotionnelle. Beaucoup comparé à American History X, on voit surtout les différences de traitement entre les deux. Un Français ne prend pas position, peut paraître froid, et apparaît comme le simple témoin d’une réalité trop peu discutée s’opposant à une mise en scène américaine bien plus spectaculaire. Le film est ainsi d’une grande qualité comme la performance foudroyante d’Alban Lenoir.

La critique que l’on pourrait faire à ce film est dans son traitement du temps. Le développement en ellipses est certes intéressant car permettant d’illustrer la réalité d’un processus de changement identitaire dans la durée, mais il tend presque à perdre le spectateur. Seuls les journaux télévisés, balises temporelles intéressantes et renforçant le réalisme au passage, permettent au spectateur de se situer.

Un Français est sorti le 10 juin 2015.

Article écrit par Quentin Moyon.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Avis

8 A voir
  • Votre avis (2 Vote) 6.2
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !