[Critique DVD] Wake In Fright, cauchemar de l’humain

Pinterest LinkedIn Tumblr +

1971. Le cinéma australien n’est plus qu’une étendue désertique lorsque Ted Kotcheff livre aux yeux du monde entier Wake In Fright et ouvre la voie à un renouveau artistique unique en son genre. En dépit de sa réputation, il aura fallu attendre plus de quarante ans avant que cet électrochoc soit redécouvert et réhabilité.

Le récit se penche sur John Grant, instituteur en route vers Sydney qui va voir son âme s’effilocher au contact des habitants de Bundanyabba. La lente sortie de piste de ce personnage mystérieux est scrutée au travers du regard perçant de son réalisateur. Ce dernier invite son spectateur à se faire le miroir de sa propre sauvagerie en regardant celle des autres sans aucun fard ni aucun filtre.

Il résulte de cette expérience une sensation d’horreur diffuse qui ne vous quittera plus, atteignant son apogée dans une chasse aux kangourous difficile à soutenir. Les quelques choix esthétiques parfois datés cohabitent avec une science proprement magistrale des cadres et du tempo. En pleine maitrise de son sujet, Ted Kotcheff livre en toute liberté ce qui se rapproche le plus du cri bestial et tordu dont seul l’Homme est le capable.

Wake in Fright est disponible en Blu-ray, DVD & VOD.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.