[Critique DVD] The Last Knights : une histoire, des mythes

0
Share Button

The Last Knights a fait ce qu’on peut couramment appeler « un bide monumental ». De mauvaises critiques ont fusé de toutes parts dans la presse américaine (15% sur Rotten Tomatoes) et le film a eu le droit à une simple sortie DVD/Blu-ray dans nos contrées. À tort ou à raison ?

Certes, cette adaptation de la légende des 47 rōnin avec les codes de la chevalerie (des fidèles samouraïs cherchent à venger la mort de leur maitre, ici ils sont remplacés par des chevaliers) n’aurait jamais trouvé un public dans nos cinémas. The Last Knights mélange les cultures byzantines, romaines, chinoises, japonaises, avec des codes hollywoodiens et un style proche de Gladiator… Bref, un bien curieux assemblage !

Pour autant, on regrette sincèrement de voir ce film de série B passer à la trappe. Il ne mérite pas ce rejet. Alors oui, il possède de nombreux défauts, mais son melting pot culturel apporte une pointe de créativité et son casting ne manque pas de charme, de Morgan Freeman à Clive Owen, en passant par des acteurs de tous les horizons. L’univers de The Last Knight a beau mixer de vieilles mécaniques comme un Star Wars VII, il reste toujours plus créatif que ce dernier qui lui s’en sort avec des critiques presses dithyrambiques. Où est le juste milieu ?

The Last Knight sort en DVD/Blu-ray le 26 janvier 2016.

(Visited 134 times, 13 visits today)

Avis

6.8 sous-estimé

Le DVD est très pauvre en contenu. The Last Knight n'étant pas sortie dans les salles obscures, on dirait que le service minimum est assuré pour le film. Alors, on se contentera du choix des langues et de la possibilité d'utiliser les chapitres, mais sinon... Dommage encore une fois, car il ne mérite pas d'être aussi maltraité !

  • Film 7
  • Image 9
  • Son 9
  • Bonus 2
  • Votre avis (2 Vote) 8.6
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !