[Critique DVD] Spetters, la fougue de Paul Verhoeven

0
Share Button

À l’heure du retour en force de Paul Verhoeven avec le fabuleux, Elle, il est de bon ton de revenir quelques décennies en arrière lorsque le cinéaste néerlandais était dans son pays natal et y réalisait des films réalistes et troublants comme Spetters. Autant dire qu’en 36 ans, on ne change pas un homme.

Spetters date de 1980, le film montre sans tabou la sexualité et parle de personnages ambigus. Cette bande de trois adolescents mécanos et semi-professionnels de la motocross, est homophobe, raciste, violente, mais aussi touchante, pathétique et foncièrement humaine. Il faut ajouter au groupe un dernier personnage, une femme qui cherche à s’élever dans la société et qui ferait tout pour y arriver… Le cocktail explosif de cinéma est en place.

Sur certains points, on pourrait rapprocher Spetters d’Orange mécanique. La religion et la famille – bref, la société – en prennent pour leur grade. C’est une peinture ultra réaliste de la jeunesse mise en image avec la fougue légendaire du cinéaste de Total Recall et de Starship Troopers. Ce qui fait qu’encore de nos jours, Spetters est d’une très grande modernité !

Spetters sort en DVD le 8 juin 2016.

(Visited 19 times, 1 visits today)

Avis

7.8 Très bon !

C'est un DVD assez sobre qui manque cruellement d'informations sur le film.

On a bien le droit à un bref entretien avec Paul Verhoeven qui nous éclaire sur certains points, mais on aurait aimé obtenir plus de renseignements sur la genèse, la sortie dans les salles obscures - qui a choqué à l'époque le public néerlandais - et également sur la version censurée/non censurée.

Il n'en demeure pas moins que le film est immanquable !

  • Film 8,5
  • Image 9
  • Son 9
  • Bonus 5
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !