[Critique DVD] Je vous souhaite d’être follement aimée (et nous aussi)

0
Share Button

NDLR : Retrouvez le test technique et celui des bonus en bas de l’article, sous la vidéo.

Assurément, il y a une dignité qui habite Je vous souhaite d’être follement aimée, nouveau long-métrage d’Ounie Lecomte. Elle lui donne une forme humaine et respectable. Une qualité qui entre de plein pied avec le sujet du long-métrage : Elisa s’isole à Dunkerque à la recherche de sa mère biologique. Celle-ci garde le silence sur son identité véritable, alors qu’Elisa croise la route d’Annette…

En toute modestie, Ounie Lecomte se range derrière son récit, à l’exception d’un flou intrusif, témoin des surgissements de la mémoire. Grand bien lui en prend puisque que hors d’une coïncidence centrale cousue de fil blanc, le scénario constitue une étude de caractères soignée et plausible. On en vient vite à aimer les fêlures de ces êtres fragiles.

Céline Sallette et Anne Benoit forme un duo férocement attachant. Leurs regards mélancoliques, soulignée par une sublime partition musicale signée Ibrahim Maalouf, forment mêmes les plus beaux instants du film. Le bât ne blesse que sur la longueur, alors que le film ne parvient pas vraiment, dans sa dernière ligne droite, à maintenir l’intensité émotionnelle qu’il amorce avec talent.

Je vous souhaite d’être follement aimée est disponible en DVD & VOD.

(Visited 28 times, 1 visits today)

Avis

7.6 À découvrir

Rien à redire sur la qualité technique de cette édition sans reproche. Le transfert ne défaillit pas devant les multiples flous et les virées nocturnes, tout comme la piste 5.1 laisse éclater avec bonheur les cuivres bouleversants du grand Maalouf. Impeccable.

Pour ceux que le film captive, rassurez-vous : les bonus sont généreux. Un commentaire audio fait office de bonus définitif puisqu’il se fait en compagnie de la réalisatrice et de sa chef opératrice, Caroline Charpentier. Un entretien avec Ibrahim Maalouf revient sur son envie « d’accompagner » le projet et sur son implication dans le choix de Grand Corps Malade pour la dernière séquence. Plus précis, un essai vidéo de l’acteur incarnant Noé répond présent, tout comme la bande-annonce d’usage.

  • Film 6.5
  • Image 8
  • Son 8
  • Bonus 8
  • Votre avis (1 Vote) 8.8
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !