[Critique DVD] La Regression du réalisateur des Autres

0
Share Button

Regression : retour à un stade antérieur de développement d’un réalisateur prometteur (Les Autres) et titre de son dernier film ô combien évocateur. C’est dire si Alejandro Amenábar a le sens de l’humour.

Comme à chaque fois avec le cinéaste on se sent rapidement happé par l’atmosphère de ce thriller porté avec brio par Ethan Hawke. Le long-métrage tend à s’intéresser à des thèmes porteurs comme le pouvoir de suggestion, la manipulation, la superstition tout en y glissant une critique sociétale. L’ensemble mis en forme par un réalisateur doué en créateur d’ambiance.

Cependant Amenábar patine à portée son sujet jusqu’au bout, dévoilant un scénario plein de failles dès les premières minutes. Impossible dès lors d’y croire davantage et nous voilà forcés à suivre une enquête, bien faite certes, mais dont on connaît déjà la fin. Le rebondissement final mal maîtrisé finira d’achever ce qui semble être, on l’espère, qu’un coup de fatigue du réalisateur.

Regression sort le 2 mars 2016 en vidéo.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Avis

6.5 Pas son meilleur, mais pas si mal

La galette DVD de Regression fait le job : une image plus que convenable, une bande-son proposant même une option pour les malentendants, on n'en demande pas moins mais on n'en demande pas particulièrement plus.

Pour les bonus, le DVD propose deux interviews, une du réalisateur et une d'Emma Watson, d'un peu moins de dix minutes chacune. L'occasion de les entendre dire tout le bien qu'ils passent de chacun. Outre les bandes-annonces, on a également droit à une featurette compilant différentes interviews de l'équipe sur le tournage (dont Ethan Hawke cette fois) sur des domaines différents : personnages, réalisateur, scénario...

  • Le Film 5,5
  • Image 8
  • Bande-son 7
  • Bonus 6
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !