[Critique DVD] Mémoires de Jeunesse, saleté de guerre !

0
Share Button

NDLR : Retrouvez notre test de l’image, du son et des bonus sous la vidéo !

Vera et Roland s’aiment. L’air est frais et innocent. Tout le monde ignore encore qu’une barbarie, la première de son genre, va s’abattre sur l’Europe et promettre de déposer le noir du deuil dans le cœur de nombreuses familles. Vera Brittain, grande pacifiste de son temps, en sait quelque chose. C’est elle qui a tiré de son triste destin un livre, Mémoires de Jeunesse, qui devient donc aujourd’hui un film, sous l’œil d’un dénommé James Kent.

Un sirop à la main lourde. Artisan issu de la série TV, Kent badigeonne son film d’une esthétique marquée, limite précieuse. Dès les premières secondes, on reconnaît ce souffle romanesque prétentieux, mélange de tragédie et de notes de piano envahissantes. Même si le scénario évolue, le cinéaste ne relâche pas son style à la fois lourd et longuet. Et pourtant…

De fabuleux interprètes. La force de ces Mémoires provient de ses comédiens, Alicia Vikander en tête. Sa reconnaissance foudroyante n’aura pas été volé, tant la jeune actrice transmet la tristesse qui l’envahit avec une sincérité désarmante. Ses émotions deviennent les nôtres, alors que ses partenaires masculins brillent également. Elle reste pourtant le cœur de ce portrait de femme, pesant mais touchant également.

Mémoires de Jeunesse est disponible en DVD et VOD.

(Visited 14 times, 2 visits today)

Avis

6.0 Boite de Kleenex

Sans être éblouissant, le transfert DVD est de très bonne tenue. Compte tenu de la colorimétrie complexe du film et de ses choix photographiques très marqués, on ne peut que reconnaître que ce DVD-là fait bien le boulot. Côté son, le résultat se montre lui aussi convaincant, même si Mémoires de Jeunesse n’est pas un film qui fait appel à des effets tonitruants.

En revanche, on a de la peine devant le « making-of » proposé sur ce DVD, qui tient de l’échantillon promotionnel à fond les bananes. Dommage tant il y avait à dire. On imagine bien que pour un film ayant enregistré un petit 50 000 spectateurs lors de sa sortie salle, l’éditeur n’a pas eu trop le choix que de le traiter comme un titre de fin de catalogue.

  • Film 6
  • Image 8
  • Son 8
  • Bonus 2
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !