[Critique DVD] Les jardins du roi, love-story à Versailles

0
Share Button

NDLR: Retrouvez le test technique et des bonus en bas de l’article.

Les jardins du roi mais pas n’importe lesquels : ceux de Versailles en l’honneur de Louis XIV. Si leur construction sert de toile de fond au deuxième long-métrage d’Alan Rickman, c’est d’abord vers une love story entre Le Notre et Madame de Barra que le récit penche. Ce dernier reconstruit la réalité historique en prenant un maximum de libertés pour le bien d’une histoire convenue.

En un regard général, le long-métrage vogue vers des horizons familiers. Le trauma secret de notre héroïne permet à l’attirance suggérée d’avec son « supérieur » de tenir la longueur, élément plutôt réussi grâce à la finesse d’approche de Kate Winslet. Son déroulement entraine des péripéties mollassonnes qui déclenchent moins d’intérêt que l’expression poétique d’un Roi philosophe.

La vision naïve de la cour (où globalement tout le monde se tient les coudes dans la souffrance) fonctionne en raison de l’approche esthétique choisie par son cinéaste. D’un classicisme élégant, la mise en scène filme Versailles avec une certaine admiration et suggère l’intérêt porté par Alan Rickman à cette époque. On tiquera néanmoins sur le choix d’un phrasé anglais pour évoquer un tel monument… français.

Les jardins du roi sort en Blu-Ray, DVD & VOD le 8 Septembre 2015.

(Visited 55 times, 2 visits today)

Avis

6.3 Convenu

On ne va pas se répéter très longtemps en évoquant le soin routinier apporté par Metropolitan à ses parutions vidéos. Testé ici en DVD, le film retranscrit avec efficacité la palette froide et les contours noirs de l’image. La version originale en 5.1 nous fait profiter de la belle musique signée Peter Gregson et sait rendre audible les nombreux dialogues. A saluer la présence d’une piste en audio-description.

Les bonus en revanche subissent le sort réservé aux titres plus modestes du catalogue Metropolitan. La featurette sur le tournage est promotionnelle au possible, les scènes coupées ne servent principalement que les seconds rôles et les bandes-annonces de l’éditeur font leur entrée. Rien de franchement indispensable à se mettre sous la dent.

  • Film 6
  • Image 8
  • Son 8
  • Bonus 3
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !