[Critique DVD] Les Deux Amis, l’amour tendu

0
Share Button

Les Deux Amis est le premier long-métrage de Louis Garrel et il narre un drôle de triangle amoureux. À moins que ne soit raconté ici une histoire d’amitié entre un Garrel ténébreux et un Macaigne en manque psychotique d’amour. On pourra aussi l’entrevoir comme une lettre d’amour à l’électrisante Golshifteh Farahani.

Les Deux Amis est donc un film multiple voir insaisissable. Sur le mode de la chronique parisienne dont La Nouvelle Vague a fait son beurre, Garrel navigue du mélo un peu pesant au dialogue qui fait mouche, avec la liberté de ceux qui ne veulent pas choisir. Ses personnages volètent aussi au gré des situations, en fonction de leurs humeurs et loin de toute considération morale.

L’univers resserré autour d’une certaine idée de la bourgeoisie pourra faire tiquer. Elle a l’avantage d’être affirmé comme un parti-pris et de correspondre sans surprises à ses excellents interprètes. Visuellement élégant, Les Deux Amis n’étonnera donc personne mais saura au moins divertir ceux qui s’y plongeront sans a priori.

Les Deux Amis est disponible en DVD et en VOD.

(Visited 31 times, 1 visits today)

Avis

7.4 Pas mal

Les Deux Amis a bénéficié d’une très grande attention visuelle et d’une photographie qui apporte un nutriment en chaleur humaine. Son transfert DVD ne faillit pas à la tâche de lui rendre honneur : contrastes impeccables et douceur de la texture ne font qu’un. La piste sonore n’est pas en reste, même si l’essentiel se niche dans des dialogues parfois étouffés par le mixage. Pas de panique, une piste en audio-description (bravo !) et des sous-titres pour sourds et malentendants (re-bravo !) aideront les plus démunis.

Une interview un peu promotionnelle permet tout de même d’avoir des précisions sur le projet, notamment sur la source d’inspiration théâtrale de Louis Garrel (qui pose à côté d’une photo de Martin Scorsese – sic -). Le best vient tout de même de la présence du court-métrage qui a provoqué la production de ce premier long-métrage. Mêmes interprètes et même envie de parler des relations amoureuses avec le style bien trempé de ce premier long. Enfin, comme de rigueur, la bande-annonce complète le tour des bonus.

  • Film 6.5
  • Image 8
  • Son 8
  • Bonus 7
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !