[Critique DVD] Le Bruit et la Fureur, du Faulkner simplifié

0
Share Button

William Faulkner a toujours été un auteur apprécié à Hollywood. Outre son prix Nobel de littérature, c’est aussi un brillant scénariste, en particulier pour le compte d’Howard Hawks (Le Grand Sommeil). Avec Le Bruit et la Fureur, c’est un de ses livres les plus complexes qui est adapté par le cinéaste Martin Ritt (l’Outrage).

L’écrivain empreinte son titre à Shakespeare « La vie… c’est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ». Le dramaturge ne plaisante pas avec les mots et Faulkner non plus. Le Bruit et la Fureur est le récit d’un passé douloureux qui pèse sur le présent. Une ancienne famille sudiste, les Compson, tente tant bien que mal de survivre. Elle tient par la main de fer de Jason (Yul Brynner), mais un rien semble pouvoir détruire à jamais l’héritage familial.

Derrière la caméra, Martin Ritt réussit plus ou moins le défi de l’adaptation. Il se concentre essentiellement sur le personnage de Quentin, une jeune femme en passe de devenir adulte. De ce fait, il simplifie le style de Faulkner, ce qui donne une densité de récit moindre, mais la compréhension en plus… Bienvenue à Hollywood.

Le Bruit et la Fureur sort en DVD le 17 novembre 2015.

(Visited 28 times, 1 visits today)

Avis

7.5 À voir !

En ce qui concerne le DVD, on note quelques défauts au niveau des sous-titres (des fautes étranges à certains moments), mais sinon la qualité est au rendez-vous.

En particulier du côté des bonus, on peut regarder un excellent entretien avec Frédérique Spill (spécialiste de littérature américaine) qui nous parle de William Faulkner, de son œuvre en général et du Bruit et de la Fureur plus spécifiquement. On en apprend plus sur le livre, ce qui nous permet de voir à quel point le film a pris de nombreuses libertés, en simplifiant à l'extrême un roman très complexe.

  • Film 7,5
  • Image 6
  • Son 8
  • Bonus 9
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !