[Critique] Bojack Horseman S3 : course hippique à l’Oscar

0
Share Button

Sortie discrètement sur Netflix en 2014, la série d’animation Bojack Horseman, opte depuis ses débuts pour un univers visuel fort. Peuplée de personnages anthropomorphiques, la ville d’Hollywoo est le théâtre des aventures de Bojack, un cheval ex-star d’une sitcom des années 90′.

Nous l’avions quitté à la fin du tournage de Secrétariat, son premier long-métrage, un film d’auteur destiné à le crédibiliser. Dans cette saison, alors que Mr PeanutButter tente de sauver son mariage, Bojack se lance non sans mal dans la course à l’Oscar, quitte à une nouvelle fois perdre des amis…

Mélancolique. Politiquement incorrecte, la série poursuit sa critique d’une société de consommation démente et repliée sur elle-même. Cette troisième saison devient plus grave, sondant la mélancolie de ses personnages. L’humour y est certes moins loufoque mais reste toujours présent, porté par des personnages secondaires forts. Après les fulgurances psychédéliques de la 1 ère saison, les metteurs en scènes poursuivent dans l’originalité, multipliant les références culturelles et nous offre même un épisode sous-marin entièrement sans dialogue !

Bonne nouvelle, une saison 4 est d’ores et déjà en préparation…

Fans de Bojack Horseman ? Retrouvez les autres séries à voir

Article écrit par Sarah Lehu

(Visited 106 times, 6 visits today)
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !