[Critique Blu-Ray] Un Homme Idéal, un genre respecté

0
Share Button

Retrouvez le test technique et des bonus en bas de page.

Alléluia! Une promesse se dessine au travers d’Un Homme Idéal, succès surprise de l’année dernière. Yann Gozlan prend le pari si mal tenu du thriller à la française et retient pour y parvenir l’essence d’une mise en images au cordeau. Résultat? Une réussite qui parvient à passer au-dessus de ses menus défauts pour nous tenir en haleine sur plus d’une heure quarante.

Tout repose pourtant sur un postulat typique: un jeune homme pique le manuscrit d’un autre et amorce sa descente aux enfers. La réussite du film réside en l’application mesurée de son réalisateur vis-à-vis de son sujet, captant dans un long mouvement tendu les conséquences de ce geste inconscient. Il le fait au travers d’une mise en scène mûrement réfléchie, de personnages cohérents et d’une direction d’acteurs impeccable.

En dépit d’un talent déjà reconnu, voilà que le prodige Pierre Niney brille sous une lumière nouvelle. Il apporte du relief à ce personnage d’introverti mutique et nous fait adhérer sans mal à sa souffrance. On en vient même à mordre en dépit de ses agissements toujours plus inconsidérés les bords de son coussin jusqu’à un dénouement prévisible mais de bon ton.

Un Homme Idéal est disponible en Blu-ray, DVD & VOD.

(Visited 4 times, 1 visits today)

Avis

7.8 À voir

Afin de profiter au mieux d'un long-métrage à l'écrin soigné, on ne peut que vous conseiller le visionnage du film sur support bleuté. Celui-ci vous assurera via un transfert 1080p d’une colorimétrie complex, de contrastes sans failles et d'une netteté tout bonnement extraordinaire. Côté son, la piste DTS-HD Master Audio fait un beau travail d'équilibrage entre les dialogues (réduits) et une piste sonore robuste (quoique omniprésente). À saluer la présence d'une piste en Audiodescription destinée aux sourds et malentendants.

Côté bonus, on regrettera en revanche l'absence d'une quelconque explication par le réalisateur himself. Pourtant dominé par son travail, le blu-ray ne laisse pas la parole à Yann Gozlan lors des comparatifs "storyboard / séquences filmés" (7'), preuve en silence de la précision de la mise en scène. On ne comprend d'autant pas cet état de fait que trône en guise de dernier module le premier court-métrage du réalisateur intitulé "Écho" (23’). Récompensé à Gérardmer en 2007, l’œuvre s’aventure en plein genre fantastique et révèle d’ores et déjà la faculté remarquable de Yann Gozlan à attraper en un lent mouvement bien concentré l’attention de son spectateur. Si le dénouement ne résiste à aucune justification solide et repose trop sur l’effet-choc, on peut saluer cette envie d’offrir à un genre mal-aimé une mise en scène travaillée.

  • Film 8
  • Image 9
  • Son 9
  • Bonus 5
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !