[Critique Blu-Ray] Maggie : l’humanité du Terminator

0
Share Button

Sur le papier, voir Arnold Schwarzenegger dans un film de zombie a quelque chose d’assez grisant. Pourtant, loin de ses rôles de gros bourrin classique ou du comique qui s’ignore, le colosse vieillissant livre dans Maggie l’une de ses plus belles prestations.

Il y a autant de similitudes entre Maggie et The Walking Dead qu’entre Zombieland et La nuit des morts-vivants. Entendez par là qu’hormis la présence de l’apocalypse et de ces chers avides de chair, on est dans un style totalement différent. Le réalisateur Henry Hosbon réutilise le genre pour signer un drame intimiste, en huit-clos, avec un Schwarzy à contre-emploi, préférant jouer de la corde sensible que du flingue. Si ça ce n’est pas un signe de fin du monde…

Du coup, et ce malgré la réutilisation des stéréotypes zombiesques pour les besoins d’un peu de frisson, Maggie prouve qu’il est encore possible de faire dans l’originalité avec un genre éculé, et qu’un Terminator peut avoir une âme. Ce n’est peut-être pas parfait, mais faut admettre que c’est culotté.

Maggie sort en vidéo le 28 septembre 2015

(Visited 2 times, 1 visits today)

Avis

7.5 Belle surprise

Au sein des suppléments, on a eu peur face à la maigrelette scène coupée, paraissant perdue au milieu d'une bande-annonce et d'un lien internet. Et puis voilà que débarque la possibilité de revoir le film une seconde fois avec les commentaire audio, laissant au réalisateur nous dévoilé toute la subtilité de sa mise en scène. Par contre, anglophones obligatoires face à l'absence sous-titres.

Pour le making-of, on pourrait le diviser en trois parties : l'une où on revient sur l'histoire, puis les acteurs avant de parler du réalisateur lui-même. Chacun y va de sa petite phrase, allant du scénariste au producteur en passant par Arnold Schwarzenegger pépouse dans son fauteuil. Ne nous le cachons pas, le bonhomme se taille la part du lion dans cette vidéo de 17 minutes où l'émotion règne. De son arrivée sur le projet au stress de l'équipe de le voir dans un rôle à l'opposé de ce qu'il fait d'habitude avant de se rendre compte que sa carrure sert au scénario, on a droit à une bonne dose de Schwarzy et on ne va pas s'en plaindre.

  • Le Film 7,5
  • Image 9
  • Bande-son 8
  • Bonus 6
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !