[Critique Blu-ray] Le fils de Saul : le poids de l’Histoire sans le choc

0
Share Button

Passage remarqué à Cannes, Oscar du meilleur film étranger, un rédacteur sous le charme… autant dire que Le fils de Saul est l’un des films forts de 2015. Une réputation qu’il doit beaucoup à son réalisateur Laszlo Nemes.

Pour son premier long-métrage, le cinéaste s’attaque à un sujet délicat au possible : l’enfer des camps d’extermination. Au-dessus de lui plane l’ombre de la Shoah et les bien-pensants l’attendent au tournant. Mais c’était sous-estimer le bonhomme et son ingéniosité. Filmant son personnage (formidable Geza Rohrig) au plus près sans jamais ne le lâcher, Nemes livre nous livre davantage une expérience de cinéma qu’une énième œuvre historique.

Ici pas de scènes chocs, voire racoleuses sur la réalité des camps, seulement la vie d’un prisonnier chargé d’y faire le sale boulot. Avec lui, on parcourt toutes les étapes, horribles, de l’extermination avec ce qu’il faut de suggestion. On ne voit pas ou peu et c’est bien cela le pire…

Le fils de Saul pèche néanmoins par un fil scénaristique moins bien maîtrisé que la caméra qui provoque quelques longueurs comme si le film ne savait plus trop où aller. Qu’importe, le chemin se suffit à lui-même.

Le fils de Saul est disponible en vidéo depuis le 5 avril 2016

(Visited 9 times, 1 visits today)

Avis

8.3 Puissant

Format 4/3 respecté, immersion totale par le son (5.1 quand même) et l'image, pas de toute, le Blu-ray rend parfaitement hommage au travail du réalisateur et on retrouve la même sensation que sur le grand écran.

Pour les bonus, on a droit à un commentaire audio de Nemes et du monteur Matthieu Taponier qui nous apportent leur éclairage durant le film. Un second visionnage nécessaire tant il regorge de non-dit, de non-vu...

La petite scène coupée, elle, se montre plutôt dispensable, n'apportant pas réellement de profondeur ou de lumière supplémentaire à l'oeuvre.

Enfin, on a la chance d'y trouver également le court-métrage de Nemes, With a little patience, où l'on y découvre déjà les prémisses d'un metteur en scène en puissance (avec utilisation de la focal) et son goût pour naviguer au milieu de l'invisible.

Une bande-annonce vient clôturer l'ensemble.

  • Le Film 8
  • Image 9
  • Bande-son 9
  • Bonus 7
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !