[Critique blu-ray] La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil

0
Share Button

Librement inspiré du roman de Sébastien Japrisot, déjà objet d’une adaptation cinématographique en 1970, La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil représente une sorte de ballet où le voyage psychédélique et le thriller terre à terre virevoltent mais commettent quelques maladresses.

On regarde le long-métrage de Joann Sfar (Gainsbourg (Vie héroïque)), comme on assiste à un spectacle d’illusionniste : avec un certain scepticisme au départ avant de se laisser prendre par l’esthétisme hypnotique du show. Sur ce point, le metteur en scène, puisque ici le terme convient mieux à celui de « réalisateur », ne se refuse rien : split screen, filtres grisâtres, reconstitution quasi parfaite des années 70, il nous vide sa valise de magicien et on en redemande. Quant à l’écossaise Freya Mavor, elle joue les assistantes sans pâlir.

Cependant ce petit tour de force ne dure qu’un temps et face à un scénario monocorde, l’intérêt se transforme en lassitude à l’approche du dénouement. À croire que S. Jsaprisot n’était pas à la hauteur de Joann S.

La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil sort en vidéo le 02 décembre 2015

(Visited 18 times, 2 visits today)

Avis

7.5 Roulez bolides

Avec son menu interactif clair et travaillé, le support vidéo se montre à la hauteur du film. L'image rend honneur à la mise en scène de Sfar et on se rend bien compte que chaque nuance de couleurs correspond à un élément important, tout en contraste et en filtre. Pareil côté son où le Blu-ray se paye un petit DTS Master 5.1 pas négligeable, avec en prime audio description et sous titres pour les sourds et malentendants.

Pour les bonus, ils sont bien maigrelets mais très utiles à la compréhension de l’œuvre puisque dans un entretien avec le réalisateur de 25 minutes, on y voit Sfar assumer le côté vidéoclip de La dame... tout en révélant en quoi ce projet lui ressemble et finalement pas tant que ça non plus. De l'importance de la post-production et du montage dans le rendu final, à des ébauches de scénario inadmissibles. Pour prolonger le plaisir, Sfar nous montre quelques-unes de ses peintures inspirées du film, qu'il a produit durant le tournage.

  • Le Film 7,5
  • Bande-son 9
  • Image 9
  • Bonus 5,5
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !