[Critique Blu-Ray] Hot Spot, la chaleur érotique selon Dennis Hopper

0
Share Button

NDLR: Retrouvez le test technique et celui des bonus en bas de l’article.

Si on le considère d’un œil distrait, Hot Spot revêt les oripeaux d’un polar moyen. On y suit Harry Madox, loup solitaire qui s’embourbe dans une mécanique de roman noir en cédant aux avances de la mante religieuse du coin. Toutes les caractéristiques du thriller moite en plein bush américain sont réunies et s’enchaînent le long d’un rythme lancinant, pour ne pas dire parfois terne.

Qu’est-ce qui parvient pourtant à nous tenir le regard hypnotisé deux heures durant? Tout d’abord, on s’émerveille d’une mise en images à la fois élégante et distante, parfois sensuelle. Dennis Hopper ne cède jamais aux sirènes dramatiques et fixe le cap de son intrigue un petit sourire moqueur en coin. Jamais ridicule, son univers réussit à être à la fois érotique et bourru.

La réussite hypnotique de cette loi de Murphy texane est aussi responsabilité des personnages. La description caricaturale qui en est faite rend un service respectueux au genre. Son réalisateur leur donne en fait un bel élan grâce au choix de ses acteurs. La beauté angélique de Jennifer Connelly et le charisme inoxydable de Don Johnson impriment la rétine et transforment quelques plans du film en petites icônes.

Hot Spot ressort en Blu-Ray, DVD & VOD le 09 Septembre 2015.

(Visited 29 times, 3 visits today)

Avis

7.6 À (re)découvrir

Hot Spot fait partie d’une vague de ressorties orchestrée par Wild Side et concentrée autour de l’esthétique « années 80 ». Pour le coup, le film est sorti en 1990 mais brille ici de mille feux. Son transfert est absolument resplendissant, dénué de toutes tâches (ou presque) et rendant un service ultime au travail photographique de son directeur photo, Ueli Steiger. La piste sonore originale profite à plein d’un mixage DTS-HD Master Audio du tonnerre, laissant respirer les dialogues en harmonie avec une sublime bande originale. Du très très bon boulot.

On tiquera en revanche davantage en ce qui concerne la section des bonus. En l’état, on est tout à fait ravi de retrouver la légendaire master-class donnée par Dennis Hopper à l’occasion de la rétrospective en son hommage à la Cinémathèque Française en 2008. Pourquoi légendaire ? Parce que le cinéaste y délivre en trente minutes une leçon d’acteur de haut vol, à la fois humble et magistrale. Évoquant le travail de mémoire émotionnel (qui consiste à faire revivre des souvenirs enfouis ou méconnus), Hopper contrôle l’émotion qui le submerge tel un véritable Stradivarius du jeu.

Sauf qu’à contrario des modules originaux réservés aux autres titres de la vague « années 80 », celui-ci n’est qu’une retransmission plate d’une vidéo disponible sur le site de la Cinémathèque. Les intervenants évoquent un extrait diffusé juste avant le début de l’interview que nous n’avons pas la possibilité de voir et qui n’est absolument pas issu de Hot Spot. Le temps pris par le traducteur alourdit aussi considérablement le plaisir émis par cette rencontre et il faut s’armer de patience pour arriver au bout du bonus.

Mais la vraie question est celle-ci : quid de Hot Spot ? Si la mort tragique de Dennis Hopper rend compliquée la construction d’un bonus rétrospectif, on aurait préféré avoir, à l’instar de Dangereuse sous tous rapports et Fletch, l’intervention d’un spécialiste du film (et de son cinéaste). On n’imagine bien qu’il y a beaucoup de personnes intéressées à l’idée de replacer ce singulier long-métrage dans la filmographie d’un passionnant grand monsieur du cinéma. Intéressant donc mais frustrant.

  • Film 8.5
  • Image 9
  • Son 9
  • Bonus 4
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !