[Critique Blu-ray] Good Kill : Andrew Niccol contre-attaque

0
Share Button

Ces dernières années ont mis à mal notre confiance – notre amour – pour le réalisateur Andrew Niccol avec les déceptions de Time Out et des Âmes Vagabondes. Good Kill semblait continuer sur cette triste lancée à la vue des critiques dont il a fait les frais. À l’occasion de sa sortie en DVD/Blu-ray, il est temps de réhabiliter ce film, témoin de la résurrection d’un auteur.

Good Kill raconte l’histoire d’un pilote de drone (Ethan Hawke) qui travaille dans une base militaire à Las Vegas, tuant des talibans en Afghanistan le jour et rentrant s’occuper de ses enfants le soir. Le réalisateur s’intéresse à la schizophrénie de son personnage et à celle du système américain : les drones tuent des terroristes et des innocents, protègent les troupes et assassinent des familles, etc.

En apparence, le film semble académique dans sa structure, mais il ne faut pas s’y tromper, il ne l’est absolument pas dans son fond. Ici, pas de discours moralisateur et aucun excès mélodramatique. À la fin il ne demeure que des questions et c’est à nous de trouver les réponses. Maintenant, espérons qu’Andrew Niccol a retrouvé définitivement le bon chemin et ne se perdra plus jamais en route.

Good Kill sort en DVD/Blu-ray le 2 septembre 2015

(Visited 1 times, 1 visits today)

Avis

7.8 Welcome back

Tout d'abord dans cette édition Blu-ray, il faut noter que pour un film de 1h42, on a le droit à environ 1h45 de bonus. Si la durée laissait présager un contenu riche et pertinent, on finit déçu à la vision des trois documents vidéos : un making-of (15 min), un entretien avec Andrew Niccol (20 min) et enfin une masterclass au MK2 Bibliothèque (1h 06 !).

Premier constat : les informations sont redondantes. Entre ce que dit Niccol en entretien et ce qu'il exprime dans la masterclass, c'est pratiquement les mêmes phrases au mot près. Malgré ce problème, on en apprend plus sur la conception du film, sur la volonté de réalisme (toutes les attaques de drones ont existé dans la réalité) et bien entendu sur l'envie du cinéaste de poser les questions qui fâchent sans donner son propre opinion afin de laisser le spectateur réfléchir à ce qu'il vient de voir.

Bref, un blu-ray techniquement réussi, mais qui pêche par son apparente générosité en bonus. Un conseil : survolez la masterclass à hauteur de drone.

  • Film 8
  • Image 8,5
  • Son 8,5
  • Bonus 7,5
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !