[Critique Blu-Ray 3D] En Route ! (les petits n’enfants)

0
Share Button

Plus qu’aucun autre film Dreamworks, En Route ! voit ses choix artistiques déterminés par la cible à laquelle il s’adresse, à savoir les plus jeunes. On pourrait même élargir le panel à une génération bercée par une narration inspirée du clip, où le récit est simplifié pour laisser la place à la musique, où les personnages au design identifiable ne vibrent pas vraiment au danger qu’ils affrontent.

Lorsque Oh !, sorte de Minion multicolore doté de la parole, met en danger sa fratrie en contactant leur pire ennemi, celui-ci devra sauver à la fois sa peau et celle de Tif, alliée à la recherche de sa mère disparue. Voilà pour une version schématisée de l’histoire qui met en jeu, comme dans un Dreamworks paresseux, de multiples thématiques sans leur donner leur relief potentiels. À la place, une musique inappropriée remplit le champ d’écoute et assure à Rihanna et J-Lo le coup marketing le plus envahissant de l’Histoire du cinéma.

Est-ce à dire que En Route est un film peu recommandable ? Grâce à un casting vocal impeccable (où Jim Parsons vole le show) et à une animation éblouissante, fourmillant de détails remarquables, le show tient sur ses pattes d’enfant génétiquement modifié, tenu entre des impératifs de vente et une envie d’artiste. Au regard de la qualité de l’animation moderne, En route ! n’a rien d’une œuvre qu’on gardera en mémoire.

En Route ! est disponible en Blu-Ray 3D, Blu-Ray, DVD & VOD.

(Visited 4 times, 3 visits today)

Avis

8.0 Pour les plus petits

Nous avons eu l'opportunité de visionner le film dans sa version en trois-dimensions, chaussé des lunettes de rigueur. Ne cachons pas notre émerveillement et saluons une fois de plus la réelle plus-value du passage de la technologie à son pendant domestique. Les détails foisonnants d'une animation riche en couleurs prennent leur envol une fois capturés dans le verre des lunettes. Le jeu de profondeur, plus subtil qu'il n'y paraît, donne lieu aussi lieu à quelques "Oh" plus seulement coutumiers du protagoniste violet. En bref, un disque qui peut faire office de démo.

La partie sonore n'est pas en reste et fait virevolter dans les canaux ses effets sonores et sa musique avec une pêche formidable. Le bémol, c'est qu'une telle qualité fait d'autant plus ressortir l'omniprésence des chansons, qui envahissent l'espace.

Des bonus, il y en a et comble de la joie pour les parents, il devrait idéalement divertir les bambins pour environ une heure. Mal construit, le menu est un vrai fourre-tout mais révèle de nombreux ajouts à l'univers du film, pour la plupart commentés par Oh (doublé pour l'occasion par Jim Parsons uniquement). Karaoké, explications de l'organisation d'une fête, observations des humains... La grosse partie ravira les amateurs de l'univers.

Déjà plus intéressant, une sorte de court-métrage montre les Boovs circuler de planète en planète, comme un prequel au film. Un court amusant qui se double de 30 minutes de scènes coupées, pour la plupart à l'état de croquis et qui donne une autre possible orientation du film.

Enfin, il reste hors de la promotion habituelle des modules plongeant dans les arcanes de la production.

  • Film 5
  • Image 10
  • Son 9
  • Bonus 8
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !