[Critique] Aquarius S1 : Charles Manson n’intéresse personne

0
Share Button

Même en grande partie fictive, la traque de Charles Manson nous promettait de belles choses. Avec David Duchovny en flic à l’ancienne chargé de l’affaire, Aquarius devenait définitivement un projet qui a de la gueule. Puis vint la réalité.

À chaque nouvel épisode, celle-ci nous frappe de plus en plus fort. Charles Manson (incarné par le sympathique mais peu crédible Gethin Anthony) n’est qu’un hippie aux mœurs douteuses dont le charisme se rapproche davantage de la moule que du gourou en puissance et Hodiak (Duchovny) un coureur de jupons plein de vices. Inutile de parler du reste du casting qui mérite des claques.

On pourrait pourtant y croire si la série ne se perdait pas en voulant absolument brosser l’ensemble des bouleversements sociaux de l’époque. Black power, racisme, femmes battues, homosexualité, les sujets sont vastes, maladroitement traités et finalement Charles Manson… tout le monde ou presque s’en fout. Un peu comme nous avec Aquarius.

Aquarius saison 1 est disponible le 23 février 2016 en vidéo

(Visited 6 times, 1 visits today)

Avis

6.3 ronflant

si la série ne se montre pas à la hauteur, les galettes, elles, le sont. À commencer par cette bande-son des sixties qui fait du bien à nos oreilles entre deux enquêtes poussiéreuses, bien aidée par un petit 5.1 sympathique.

Et que dire des bonus, indispensables. Au-delà d'une longue interview du casting et des 4 web-épisodes, reprenant une scène de la série pour la transformer en flashbacks sur la vie de Charles Manson et la fascination qu'il exerce. Mais la partie la plus intéressante reste la rencontre (images d'archive à l'appui) avec celles et ceux qui ont côtoyé le vrai Manson. Une featurette fascinante et édifiante sur le bonhomme.

  • La série 2
  • Bande-son 8
  • Image 7
  • Bonus 8
  • Votre avis (1 Vote) 8
Partagez

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !