[Critique] American Honey, un road-movie à bout de souffle

0
Share Button

La réalisatrice Andrea Arnold n’est pas à son premier Cannes. On se souvient très bien de l’excellent Fish Tank en 2009 qui était reparti avec un prix du jury amplement mérité. Après une longue absence dans les salles obscures, elle signe son retour avec American Honey, le récit d’une adolescente qui fuit un univers familial décadent pour rejoindre des jeunes qui vendent des abonnements de magazines en faisant du porte à porte à travers les Etats-Unis.

Avec ses 2h42, le long-métrage de la réalisatrice britannique est particulièrement dense, multipliant les séquences de motel en motel, de ville en ville. Un des majeurs problèmes d’American Honey vient de cette longueur excessive, de la volonté de la cinéaste de vouloir tout montrer sans pour autant développer plus que cela ses personnages.

Enfin, malgré une solide performance de Sasha Lane et de Shia Shia LaBeouf, l’émotion a du mal à atteindre le spectateur. Trop de bruits, trop de fureurs, mais pas assez de vie. Paradoxal pour un film qui cherche à en montrer à foison.

American Honey n’a pas encore de date de sortie française et est présenté en compétition lors du Festival de Cannes 2016.

(Visited 74 times, 3 visits today)

Avis

5 Très moyen
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !