[Critique] Alone : grandir c’est mourir

0
Share Button

Alone, dont le tire original Don’t Grow Up était nettement plus évocateur, nous invite à suivre une bande d’adolescents découvrant que les adultes ont été infectés par un virus qui les poussent à tuer tous les enfants rencontrés, à commencer par les leurs.

Débutant comme un bon film de genre mettant en scène des adolescents, Alone ressemble davantage à une adaptation du mythe de Peter Pan. Car ce n’est pas l’hémoglobine ou l’adrénaline du survival qui intéresse Thierry Poiraud mais plutôt le développement d’une réflexion profonde sur ce qui fait de nous des adultes. Il questionne alors le délicat passage entre l’adolescence et l’âge adulte.
Mais ne nous laissant pas le loisir d’y réfléchir nous même, le réalisateur nous sert sa réponse à travers la voix d’un ses personnages. Tout est alors question d’expériences et de vécu, plutôt que d’âge, et du fait que l’innocence peut perdurer malgré les années. Un brin naïf, cette réflexion n’en est pas moins pleine de sens.

Porté en plus de cela par une réalisation solide et une photographie travaillée captant aussi bien les ambiances brumeuses des forêts que les lumières crues des étendues désertiques, Alone se révèle être une belle surprise du cinéma français.

Alone sort le 1er avril 2016 en e-cinéma.

(Visited 51 times, 1 visits today)

Avis

8.5 Belle surprise
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Morgane

Petit koala accro aux sorties et aux découvertes culturelles (autant qu'aux feuilles d'eucalyptus et au chocolat). Malgré mon amour incontesté pour le sommeil (normal pour un koala) je reste toujours à l'affût du prochain événement à vous proposer.

Réagissez !