[Critique] A Second Chance, deux nuances de gris

0
Share Button

A Second Chance est un pari risqué sur le papier et le demeure à l’écran, car la réalisatrice Susanne Bier y développe un sujet complexe (la maltraitance d’un bébé). Elle construit son scénario autour de deux couples dans deux mondes distincts : l’un avec un homme violent et un bébé qui vit dans la crasse, le second à propos d’un couple (Nikolaj Coster-Waldau et Maria Bonnevie) qui possède un niveau de vie confortable et qui est aux petits soins avec leur progéniture.

Le traitement cache une révélation dérangeante à souhait et joue sur des mécaniques de thriller pour nous tenir en haleine. Nikolaj Coster-Waldau – en lutte pour sortir de son image d’acteur de Game of Thrones – livre une excellente prestation sauf que le film souffre d’un traitement trop systématique, trop « construit »… Pour faire court, la plume est trop lourde. A Second Chance ne parvient pas à nous transporter émotionnellement.

On salue tout de même la prise de risque de Susanne Bier qui montre que tout n’est pas noir et blanc et qu’il ne faut pas porter un jugement hâtif à la simple vue de la tête du client. On est dans un monde de nuances de gris. Hélas, on sort du film avec un avis tout aussi nuancé et mitigé.

A Second Chance sort le 13 janvier 2016.

(Visited 4 times, 1 visits today)

Avis

6 Mitigé
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !