[Critique] 45 ans, une lente remise en question

0
Share Button

Kate et Geoff s’apprêtent à fêter leurs 45 ans de mariage ensemble. Un beau chiffre, une belle date à célébrer en amoureux. Mais alors que Kate s’active chaque jour un peu plus pour préparer l’événement, Geoff reçoit une lettre. Une lettre concernant son amour de jeunesse, retrouvée congelée dans les Alpes Suisses des années plus tard.

Andrew Haigh réalise ici un film tout en lenteur où la campagne anglaise tient un rôle de premier plan. Les deux acteurs principaux, Charlotte Rampling (Broadchurch, Dexter) et Tom Courtenay (Le docteur Jivago), sont bouleversants de sincérité et d’amour. Lorsque l’un fait un pas vers l’autre, c’est l’autre qui recule, et vice-versa.

Un malaise s’installe alors chez le spectateur, en parallèle de celui qui entre dans le foyer de Kate et Geoff. 45 ans pose la question du deuil mais aussi des choix de vie qui mettent tout en doute, même des années plus tard.

Le peu d’actions du long-métrage en fait un film singulier, mais surtout très long à suivre. Regrettable pour une oeuvre parfaitement interprétée qui prend aux tripes.

45 ans sort le 25 novembre 2015 dans les salles françaises. Il a été présenté dans la section Panorama (prix du public) au festival de Cabourg 2015.

Article écrit par Marie Salammbô.

(Visited 16 times, 1 visits today)

Avis

6 Pour les acteurs
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !