[Critique] Bad Magic de Motörhead : 22, (re)v’là Lemmy !

0
Share Button

On le pensait increvable, capable de survivre à une attaque nucléaire ou à une horde de zombies faméliques. Il y a une semaine lors d’un concert à Austin, Lemmy « God » Kilmister lui-même s’avouait vaincu : « I Can’t Do It ». Le leader de Motörhead, éreinté par une vie menée à 100 00 à l’heure , quitte la scène face à une foule éberluée mais compatissante. Une question nous traverse alors naturellement l’esprit :  Bad Magic, 22ème album du groupe, sonnerait-il le glas pour Lemmy et sa bande ?

Ses dernières prestations live mises à part, rien ne laisse présager la fatigue de Lemmy sur cet album. Au contraire. Sombre, enragée (Thunder & Lightning, Evil Eye, Victory or Die), mélancolique (Till the End) ou plus mélodique (la reprise des Stones, Sympathy for Devil), sa voix rockailleuse se veut plus étoffée que jamais et est savamment réappropriée par le trio, Phil Campbell en tête, nous offrant des leads dantesques et des riffs carburés au Jack Daniel’s.

Fidèle à sa ligne de conduite, Motörhead surprend peu mais maîtrise de bout en bout : Lemmy, solide comme un rock, n’a pas dit son dernier mot.

Bad Magic de Motörhead, sorti le 28 août 2015.

(Visited 20 times, 2 visits today)

Avis

8.0 Du lourd
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Bronco

Si je suis chargé de la critique de galettes en tout genre, cinéma et musique forment les deux mamelles de ma culture. D'Abba à Zappa, d'Alien à Zoolander, tout y passe, rien (ou presque) ne trépasse.

Réagissez !